À propos du Phénix

En étudiant quelques archives du Grand Prieuré des Gaules, l’un des rédacteurs de ce site es tombé sur quelques pépites que nous publierons ici… Nous commençons par un texte rédigé en 1990 par le Chevalier Daniel Fontaine, i.O. Eques ab Orientis Luce qui était alors le Grand Maître National du GPDG.

Grand Maître Emérite

Le texte traite d’un symbole majeur du Régime écossais rectifié : le Phénix qui doit, d’après le Code de 1778, orner le revers des médailles de loges.

PeritUtVivat

Si le Pélican est l’image du Christ donnant sa Vie et son Sang pour sauver et nourrir l’Humanité, le Phénix représente Sa transfiguration, Sa transformation puis Sa résurrection dans un autre état. Le bûcher ayant la forme d’un X, ( appelé en Héraldique : une immortalité ) il symbolise le passage d’un état à un autre. Le feu : le Monde de l’Emanation où Il habite à la droite du Père.

La couleur pourpre symbolise l’état spirituel le plus élevé, la régénérescence et la réintégration dans l’état primrordial. c’est le nouvel Homme, le nouvel Adam. Le Phénix est l’emblème du Régime écossais rectifié et en même temps le modèle proposé à tous les membres de l’Ordre. Martinez de Pasqually parlait de la réintégration de l’homme dans ses facultés premières et c’est véritablement ce à quoi nous devons tendre en nous perfectionnant, en montrant au monde profane les Vertus dont nous avons tous promis de donner l’exemple – sauf à rester éternellement dans cet état déchu qui est le nôtre et loin de la Maison du Père.

La Maçonnerie rectifiée nous reconstruit, jour après jour et l’Ordre intérieur nous met en demeure de mettre nos connaissances en pratique, ce qui doit se traduire par l’Amour de nos Frères et de tous les hommes qui sont aussi nos frères et la compassion qui doit être nôtre envers ceux qui veulent se maintenir dans les Ténèbres de ce monde misérable par incompréhension.

Quant à l’Ordre, combien de fois fût-il attaqué, vilipendé par les profanes et même souvent par nos frères Maçons qui ne comprennent ni l’élévation ni le but de l’Ordre, mais toujours tel le Phénix il renait de ses cendres, toujours prêt à revivifier les hommes, les hommes de Désir qui frappent à sa porte en leur apportant sa Doctrine, son lnitiation, sa Chevalerie : « Et tenebrae eam non comprehenderunt » […].

Cahiers verts : Parution du numéro 6 de la nouvelle série

Les Cahiers verts sont la revue du Grand Prieuré des Gaules. Le lecteur y trouvera des études symboliques et historiques accessibles aux francs-maçons et à tous ceux qui s’intéressent à la franc-maçonnerie.
CV6
Le numéro 6 de la nouvelle série est paru en septembre 2011.Au sommaire de ce numéro :

La vie de l’Ordre

  • Fragments… par Bruno in Ordine ab Ardenti Corde
  • Le triangle d’Orient par Dominicus in Ordine Eques a Rosis Vitae
  • Les Chevaliers Bienfaisants de la Cité Sainte : Un Ordre de Chevalerie selon l’Esprit par Johannes Marcus in Ordine a Crucis mysterio
  • In memoriam

Etudes et contributions

  • Impressions… par S. V.
  • Des erreurs sur Louis-Claude de Saint-Martin (1777) par Michel Chazottes
  • Les mémoires de Charles de Hesse par Vincent Charlier
  • Rumeurs et humeur par un Philosophe inconnu

Les modalités de commande sont accessibles ici.

Parution d’un ouvrage de référence sur l’Histoire du Grand Prieuré des Gaules

Le Grand Prieuré des Gaules est une obédience maçonnique créée en 1935, héritière de la franc-maçonnerie rectifiée du XVIIIè siècle. Jean-Marc Vivenza a publié en septembre 2011 un ouvrage de référence sur l’Histoire du Grand Prieuré des Gaules (Les éditions du Simorg, septembre 2011) remontant jusqu’à la fondation même du Régime écossais rectifié en 1772-1782 et couvrant bien évidemment la période allant de 1935 à 2011.

2150029755

Le livre de Jean-Marc Vivenza répondra aux attentes des francs-maçons, qu’ils soient de Régime écossais rectifiéou de tout autre rite (notamment du Rite français ou du Rite d’Ecosse, tout deux représentés au sein du GPDG). L’ouvrage permettra également aux chercheurs et universitaires d’avoir de solides renseignements sur l’évolution du Régime rectifié et du GPDG notamment pour la période allant de 1935 à 2011 et qui est très peu couverte par les publications sérieuses.

Le sommaire de l’ouvrage est publié sur le site de l’éditeur où l’on pourra trouver également les modalités de commandes.

Saint-Michel 2011 : l’histoire en marche !

Comme chaque année le Grand Prieuré des Gaules a célébré sa fête annuelle de la Saint-Michel en présence de représentants de ses propres loges et de ceux des obédiences amies.

Maçonnique

La fête a eu une couleur particulière cette année pour quatre raisons plus réjouissantes les unes que les autres…


La Famille rectifiée réunie

En effet, la famille rectifiée française s’est réunie en cette fête au grand complet. Étaient représentées les obédiences suivantes :
– Les Grands Prieurés Unis des Trois Provinces (Loge Nationale Française)
– La Province d’Auvergne (Grande Loge Traditionnelle et Symbolique – Opéra)
– Le Grand Prieuré Indépendant de France (Grand Orient de France)
– Le Grand Prieuré Ecossais Réformé et Rectifié d’Occitane (Grande Loge Ecossaise Réformée et Rectifiée d’Occitane)

Le rectifié européen était lui aussi représenté par :
– Le Grand Prieuré d’Hispanie
– Le Grand Prieuré Rectifié Indépendant de Suisse

« La reconnaissance du principe de la maçonnerie féminine »

Et pour la première fois, le GPDG reconnaissant depuis ce printemps « le principe d’une maçonnerie féminine », furent présentes en grand nombre nos soeurs rectifiées du Grand Prieuré Féminin de France ! Cette reconnaissance signifie que des obédiences féminines choisies par le GPDG pour le sérieux de leur travail sont invitées une fois l’an à nos travaux de la Saint-Michel.

Et puisque notre maçonnerie est une maçonnerie d’ouverture sur l’autre, nos obédiences amies représentées ne se limitaient pas au Régime rectifié :
– Grande Loge de France
– Grande Loge de Memphis Misraïm
– Grande Loge Féminine de Memphis Misraïm
– Grande Loge Féminine de France
– Loge Nationale Française dans sa composante rectifiée mais aussi de Rite français et de Rite Anglais

L’Europe était elle aussi présente au travers de nos Frères des :
– Grande Loge Nationale du Portugal
– Grande Loge Unie portugaise
– Grande Loge Italienne

Le Grand Maître National Bruno i.O. Eques ab Ardenti Corde qualifia cette journée de « jour de grâce » dans la mesure où pour la première fois de façon aussi complète et aussi solennelle, toute la famille rectifiée fut réunie.

Renaissance de la « Grande Loge Réunie et Rectifiée de France »

Le Grand Maître rappelle ensuite un bref historique de notre Grand Prieuré :
– Le GPDG fut créé en mars 1935 et en octobre 1935 il établit sa « Grande Loge du Régime Rectifiée » qui s’allia en 1958 avec la GLNF
– En 1992, les chevaliers du Temple et de Malte furent adjoints au Rectifié au sein de ce qui devenait alors GPDG – Ordres unis
– En 1995, les grades de sagesse du Rite Français complétèrent cette palette de rites chrétiens
– En 2000, le GPDG reprit son autonomie sortant ainsi de la parenthèse ouverte en 1958

… et en ce 23 septembre 2011, après vote unanime le 17 juin du Conseil national et le 23 septembre du Grand Chapitre, le Grand Prieuré des Gaules réveille sa Grande Loge qui s’appellera désormais la Grande Loge Réunie et Rectifiée de France. Elle régira les établissements maçonniques : loges de saint Jean, loges de saint André et chapitre de l’Arc Royal.

Deux traités d’amitié

Une bonne nouvelle ne venant jamais seule, un traité d’amitié fut signé avec le Grand Prieuré Indépendant de France (GPIF) du Grand Orient de France et un deuxième traité, similaire au premier, fut signé avec le Grand Prieuré Ecossais Réformé et Rectifié de France (GPERRO).

Le traité avec le GPIF vient compléter celui signé en 2002 avec le GODF. Il ne fait que formaliser des relations fraternelles qui se sont tissées ces dernières années entre les deux Grands Prieurés.

Le Traité avec le GPERRO eut quant à lui un goût de retrouvailles dans la mesure où la plupart de ce Grand Prieuré ami sont d’ancien membre du GPDG qu’ils ont amicalement qualifié de « maison mère ».

Ces deux traités sont, de l’avis de tous, le premier pas sur une route heureuse qui s’est ouverte il y a quelques années et à laquelle d’autres sont conviés.

La surprise du jour

Si la reconnaissance du principe de maçonnerie féminine et la réunion de la famille rectifiée étaient deux événements annoncés depuis quelques mois, la surprise du jour fut la publication d’une Histoire du Grand Prieuré des Gaules avec en sous-titre « Le Régime écossais rectifié du XVIIIè siècle à nos jours » (Editions du Simorgh, 2011).

Ce livre qui était un rêve souhaité par le Grand Maître Emérite Daniel F. a été réalisé par une poignée de frère en un temps record. Commencé en mai 2011 par Jean-Marc Vivenza, à la demande du Grand Maître National et avec l’aide des éditions du Simorgh et de Jean-François Var – historien et Grand Aumônier de l’Ordre, il fut terminé début septembre et remis en ce jour de fête en cadeau à notre Grand Maître Emerite et à nos obédiences amies présentes à notre assemblée annuelle.

Les Frères et Soeurs quittèrent le Grand Temple de la Rue Puteaux avec la joie, l’émotion et la fierté qui ont été les conséquences directes de ce quadruple succès :
– réunion de la famille rectifiée
– reconnaissance du principe de maçonnerie féminine
– réveil de la Grande Loge Réunie et Rectifiée
– éclairage inédit sur de notre Histoire

À n’en point douter, dans quelques années nous serons fiers et émus de dire que nous y étions, que nous avons participé à ce grand pas… le premier d’un long chemin rempli du bonheur d’une fraternité qui s’accomplit au travers de notre Grande Loge Réunie et Rectifiée de France !

Back to Top