Christianisme et Franc-maçonnerie universelle

La nature chrétienne du Grand Prieuré des Gaules suscite régulièrement la question de la compatibilité du caractère exclusivement chrétien de notre obédience dans une Franc-Maçonnerie universelle : comment concilier christianisme et Franc-Maçonnerie ? Et en quoi une telle Maçonnerie peut-elle participer au but général de l’ordre maçonnique ?

 

Pour les frères de notre obédience, qui travaillent au sein de sa Grande Loge Réunie et Rectifiée, la réponse s’impose dans toute sa simplicité : le christianisme rend les hommes libres, fraternels et égaux entre eux. Le christianisme n’est pas une religion de soumission à Dieu, ni de crainte de Dieu, mais un acte de coopération divine. Amour de l’homme pour Dieu, comme amour de Dieu pour l’homme. Le christianisme laisse cependant, dans la puissance de cet amour, l’homme accepter ou refuser celui-ci. Il respecte ainsi la volonté de l’homme inscrite dans la grandeur de Dieu.

 

Pour un chrétien, la volonté de Dieu est de grandir l’homme par l’amour dont il provient afin que l’homme puisse atteindre la ressemblance divine. Tous les chrétiens travaillent à cette œuvre et donc à l’exaltation de l’être humain et par là même à celle de la condition humaine. Le christianisme vise ainsi à restaurer l’homme dans sa dignité première. Cet amour s’incarne alors dans une bienfaisance active envers tous les hommes, quelle que soit leur croyance ou opinion, bienfaisance qui doit être la finalité de l’œuvre du Maçon. En cela la Maçonnerie chrétienne est universelle et doit s’exercer universellement par l’intention, la volonté et l’action des frères. L’action du Franc-Maçon chrétien s’inscrit, à l’instar de l’incarnation du Christ, dans la réalité de notre société dont la culture porte l’héritage de cette incarnation à travers ses fruits visibles et invisibles. Les valeurs des vertus du christianisme transmises à notre nation et à son état structurent son histoire, son architecture et sa beauté. L’idéal du Franc-Maçon chrétien n’est absolument pas façonné par une vision cléricale mais plutôt par la transmission d’une tradition chevaleresque qui témoigne du Verbe et qui s’exprime par la charité envers les humbles et les faibles. Nous avons des devoirs envers tous ceux qui souffrent.

 

Le Grand Prieuré des Gaules manifestant un christianisme originel rejette toute haine et reconnaît  en tout homme la même image de Dieu, ce qui pour nous est l’égalité parfaite. Notre obédience n’a aucune couleur politique, se veut lumineuse et loin de tous les obscurantisme du monde. Le GPDG ne défend aucune idéologie et n’a pour doctrine que celle de ses fondements. Quand l’homme n’est plus humain, il n’est plus divin, aussi l’extrémisme, le fanatisme, l’injustice, l’intempérance, le meurtre sont incompatibles avec le véritable christianisme. Celui-ci aide les hommes à accueillir les différences comme autant de richesses et d’expressions de la gloire divine tant que celles-ci ne vont pas à l’encontre de l’amour, de la dignité, de la beauté et de la grandeur humaine. Il vise à rétablir l’homme dans tous ses pouvoirs et droits originels, tout en l’aidant à prendre conscience de ses devoirs envers Dieu, ses frères, son pays et tous les hommes. C’est pour cela qu’il est persécuté et dénigré dans le monde par ceux qui ne souhaitent que la confusion et qui refusent toute limite pensant que leur liberté ne peut s’accommoder d’aucun devoir et qui finalement refusent de croire en l’homme ! Le chrétien lui, aime l’homme comme son Dieu.

 

Le christianisme s’accommode parfaitement de la laïcité car par amour il accueille les différences et par humilité il sait rester intérieur sans avoir à afficher sa présence, sinon par les marques d’amour de ceux qui le confessent. Ces marques seront surtout sensibles du fait de l’action de chaque frère qui promet de porter auprès de tous les hommes les vertus chrétiennes dont il s’est engagé à donner l’exemple. Ces vertus se manifestent sans ostentation mais avec une douce persuasion.

 

En cela et pour cela la Franc-Maçonnerie chrétienne au Grand Prieuré des Gaules concourt grâce à son enseignement, à ses rites et à sa pratique  à la grandeur universelle de l’œuvre maçonnique.

 

Back to Top