Notre Bien-Aimé Frère William rappelé à l’O.R.

Intervention du Sérénissime Grand Maître National lors des obsèques de notre Bien-Aimé Frère William, rappelé au ciel le 24 août 2016, à l’attention de son épouse.

 

William est un homme rare, un homme d’exception.

 

Jean baptiste Willermoz en fondant notre Ordre, a constitué un corps composé des principales confessions chrétiennes. William en a toujours été le propagateur et le défenseur zélé.

En ce sens il est un de ceux qui a le mieux compris et incarné l’esprit de notre fondateur; faire de William l’homme d’un rite au bénéfice de sa nationalité et de son parcours, serait une injure à tout son engagement.

Grand Chancelier, il pose les pierres de la reconstruction dès l’an 2000, rebâti notre maison, redonne vie à nos espoirs  et ne cesse de rappeler  doucement la vérité du GPDG, trois rites et plusieurs confessions chrétiennes qui doivent impérativement être respectés, dans leurs origines, spécificités et histoires.

Il en devient la sentinelle.

William, est de tous les combats, de toutes les défaites et de toutes les victoires….. de toutes les joies aussi.

Lors de nos nombreuses conversations, il ne cherchait jamais à imposer ses idées mais par une douce persuasion, à les faire entendre et prendre en compte. Je dois confesser que son intelligence et son humour ravageur ont souvent apaisés mes ardeurs en me conduisant sur des voies plus paisibles.

Oui j’ai souvent écouté William et je ne le regrette pas. Durant notre compagnonnage, il s’est montré un travailleur acharné, fidèle à l’Ordre, à ses lois, intransigeant sur nos devoirs, généreux avec les frères, toujours intercesseur d’une charité éclairée envers eux.

Fin diplomate et négociateur averti, il sut nous épargner à maintes reprises des situations délicates et juridiquement compliqués. Avec lui nous nous sommes constitués et tout ce qui fut fait de grand et de beau, le fut avec lui.

Galopant avec Daniel, Marc et moi, il a rendu nos chevauchées plus légères, donnant des ailes à nos désirs. Son discernement, son expérience, sa connaissance de nos affaires et de celles du monde,  nous ont toujours permis de mieux comprendre notre chemin, dont il fut parfois un guide talentueux.

Aujourd’hui, si nous tenons debout, nous le devons à cet homme. Oui William est un homme sage et oui il est irremplaçable.

Madame, par ce mot, nous voulons vous dire à vous mais aussi à tous, à quel point nous aimons William.

Le voile de son absence assombrit déjà nos jours.

Bill, I miss you already and I will miss you forever.

S.G.M.N.

Le chaos du jour

Que pouvons-nous faire devant l’ampleur du chaos des ténèbres ?

 

Notre monde s’énigmatise, il paraît insensé. L’égorgement d’un prêtre, dont la vie avait été consacrée à Dieu, laisse apparaître ce qu’on ne pouvait pas concevoir.

Il y a en ce monde des auteurs d’actes troubles comme le chaos qui depuis plusieurs mois voudraient rétablir ce que nous trouvions au tout début de l’histoire de l’humanité avec Caïn et Abel : une violence extrême, fratricide, une relation cruelle à l’autre dans sa différence. Ces actes grondants se développent dans l’inconnaissance : il faut se souvenir qu’un peu plus tard Dieu arrêta le bras d’Abraham qui allait égorger son fils Isaac. Le Dieu d’Abraham refusa l’assassinat, et singulièrement l’égorgement, comme s’il voulait, dès cette époque, dire quelque chose à notre réalité.

 

L’homme, créé à l’image et à la ressemblance de Dieu, ne peut pas céder à la nuit qui commence à l’environner. La banalisation du mal, de cet horizon où domine cette terrible inhumanité, ne doit pas provoquer chez l’Homme, roi du monde, chef-d’œuvre de la création, le sentiment d’un appauvrissement des justes actions qu’il pourrait mener là où il se trouve. Prions pour qu’il persiste à prendre la Justice de Dieu pour fin.

 

Nous avons reçu notre salaire, que ce salaire vive en nous.

Ne soyons pas indifférents à la persécution des chrétiens d’orient

Travaillant à la réédification de l’homme dans toutes ses qualités et vertus et reconnaissant en lui l’œuvre de son créateur divin ; croyant à la fraternité de tous ces fils d’un même Dieu ; les Francs-Maçons chrétiens ne peuvent rester insensibles aux malheurs de l’humanité et en particulier au sort des hommes qui professent la même croyance.

Le Franc-Maçon chrétien, agissant dans le monde et dans ses institutions, respecte la laïcité dans la mesure où il reconnaît les mêmes droits à l’entièreté de l’humanité, quelles que soient les croyances et convictions tant que celles-ci ne compromettent pas les devoirs naturels des hommes envers les autres hommes et n’aliènent la liberté d’autrui. Mais il refuse aussi de s’abriter derrière cette laïcité pour éviter de condamner les agissements de telle partie de l’humanité contre telle autre.

Ainsi, les Francs-Maçons du Grand Prieuré des Gaules – Ordre des Francs-Maçons Chrétiens de France – pleurent le triste sort de leurs frères chrétiens d’Orient auxquels ils se doivent d’apporter leur soutien sous toutes les formes possibles et suivant leurs propres facultés. Chrétiens d’Orient persécutés pour leur foi et victimes de bourreaux qui ont délaissé la loi d’amour qui lie l’homme à l’homme et ainsi à Dieu dans une éternelle communion.

Les Francs-Maçons du Grand Prieuré des Gaules, dénoncent aussi, au nom de cette même laïcité, les exactions des faux prophètes qui n’ont cesse de semer la confusion dans le monde afin d’empêcher l’homme d’œuvrer à son perfectionnement en le privant de toutes ses libertés temporelles et spirituelles. Ce sont ceux-là même qui expriment aujourd’hui leur voix par la force, la menace, la terreur, la privation de libertés de penser et d’agir, qui dégradent la nature humaine, la rabaissant par la contrainte au niveau de la leur qu’ils ne cessent de souiller par leurs crimes. Ils perdent ainsi toute étincelle d’humanité.

Le Franc-Maçon chrétien doit en réaction être un vigile de ses propres pensées, paroles et actions. Il a comme devoir de combattre toute pensée, toute parole et toute action qui détournerait l’homme de sa vraie belle nature. Il doit porter aux autres hommes les vertus dont il a juré de donner l’exemple, toujours vigilant à ne pas laisser ses frères, les hommes, sombrer dans cette confusion qui ferait d’eux des tombeaux de la mort.

POUR EN FINIR AVEC LA LAÏCITÉ DÉPRAVÉE

« Le monde moderne est envahi de vieilles vertus chrétiennes devenues folles. »

Chesterton, Orthodoxie, chapitre III

 

La laïcité authentique est une vertu évangélique.

Elle a comme source, et nulle autre, ce précepte divin : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu de qui est à Dieu » (Marc 12/17). Précepte révolutionnaire car, posant en principe la division radicale entre l’ordre du profane et l’ordre du sacré, l’ordre du temporel et l’ordre du spirituel, il s’inscrit en faux contre les conceptions et les mœurs de toutes les sociétés traditionnelles où César (l’Etat, la cité, le monarque, le peuple, bref le souverain) est coopérateur et co-acteur de Dieu. Ce précepte interdit en théorie la confusion du sacré ou du profane, du sacerdoce et de l’empire, confusion qui se traduit le plus souvent par la mainmise de l’un sur l’autre. Mainmise de l’Empire sur le sacerdoce, et on a le césaropapisme. Ou mainmise du sacerdoce sur l’Empire, et l’on a le papocésarisme. L’un et l’autre sont des transgressions du précepte divin.

[Le texte au complet]…

 

 

Christianisme et Franc-maçonnerie universelle

La nature chrétienne du Grand Prieuré des Gaules suscite régulièrement la question de la compatibilité du caractère exclusivement chrétien de notre obédience dans une Franc-Maçonnerie universelle : comment concilier christianisme et Franc-Maçonnerie ? Et en quoi une telle Maçonnerie peut-elle participer au but général de l’ordre maçonnique ?

 

Pour les frères de notre obédience, qui travaillent au sein de sa Grande Loge Réunie et Rectifiée, la réponse s’impose dans toute sa simplicité : le christianisme rend les hommes libres, fraternels et égaux entre eux. Le christianisme n’est pas une religion de soumission à Dieu, ni de crainte de Dieu, mais un acte de coopération divine. Amour de l’homme pour Dieu, comme amour de Dieu pour l’homme. Le christianisme laisse cependant, dans la puissance de cet amour, l’homme accepter ou refuser celui-ci. Il respecte ainsi la volonté de l’homme inscrite dans la grandeur de Dieu.

 

Pour un chrétien, la volonté de Dieu est de grandir l’homme par l’amour dont il provient afin que l’homme puisse atteindre la ressemblance divine. Tous les chrétiens travaillent à cette œuvre et donc à l’exaltation de l’être humain et par là même à celle de la condition humaine. Le christianisme vise ainsi à restaurer l’homme dans sa dignité première. Cet amour s’incarne alors dans une bienfaisance active envers tous les hommes, quelle que soit leur croyance ou opinion, bienfaisance qui doit être la finalité de l’œuvre du Maçon. En cela la Maçonnerie chrétienne est universelle et doit s’exercer universellement par l’intention, la volonté et l’action des frères. L’action du Franc-Maçon chrétien s’inscrit, à l’instar de l’incarnation du Christ, dans la réalité de notre société dont la culture porte l’héritage de cette incarnation à travers ses fruits visibles et invisibles. Les valeurs des vertus du christianisme transmises à notre nation et à son état structurent son histoire, son architecture et sa beauté. L’idéal du Franc-Maçon chrétien n’est absolument pas façonné par une vision cléricale mais plutôt par la transmission d’une tradition chevaleresque qui témoigne du Verbe et qui s’exprime par la charité envers les humbles et les faibles. Nous avons des devoirs envers tous ceux qui souffrent.

 

Le Grand Prieuré des Gaules manifestant un christianisme originel rejette toute haine et reconnaît  en tout homme la même image de Dieu, ce qui pour nous est l’égalité parfaite. Notre obédience n’a aucune couleur politique, se veut lumineuse et loin de tous les obscurantisme du monde. Le GPDG ne défend aucune idéologie et n’a pour doctrine que celle de ses fondements. Quand l’homme n’est plus humain, il n’est plus divin, aussi l’extrémisme, le fanatisme, l’injustice, l’intempérance, le meurtre sont incompatibles avec le véritable christianisme. Celui-ci aide les hommes à accueillir les différences comme autant de richesses et d’expressions de la gloire divine tant que celles-ci ne vont pas à l’encontre de l’amour, de la dignité, de la beauté et de la grandeur humaine. Il vise à rétablir l’homme dans tous ses pouvoirs et droits originels, tout en l’aidant à prendre conscience de ses devoirs envers Dieu, ses frères, son pays et tous les hommes. C’est pour cela qu’il est persécuté et dénigré dans le monde par ceux qui ne souhaitent que la confusion et qui refusent toute limite pensant que leur liberté ne peut s’accommoder d’aucun devoir et qui finalement refusent de croire en l’homme ! Le chrétien lui, aime l’homme comme son Dieu.

 

Le christianisme s’accommode parfaitement de la laïcité car par amour il accueille les différences et par humilité il sait rester intérieur sans avoir à afficher sa présence, sinon par les marques d’amour de ceux qui le confessent. Ces marques seront surtout sensibles du fait de l’action de chaque frère qui promet de porter auprès de tous les hommes les vertus chrétiennes dont il s’est engagé à donner l’exemple. Ces vertus se manifestent sans ostentation mais avec une douce persuasion.

 

En cela et pour cela la Franc-Maçonnerie chrétienne au Grand Prieuré des Gaules concourt grâce à son enseignement, à ses rites et à sa pratique  à la grandeur universelle de l’œuvre maçonnique.

 

… parce que nous sommes des hommes

Les frères du Grand Prieuré des Gaules, Ordre des Franc-Maçons Chrétiens de France, expriment leur dégoût et leur protestation devant les actes ignobles qui se déroulent dans notre pays

 

Parce que nous sommes des hommes nous combattons toute forme de barbarie. ‎

Parce que nous sommes attachés à notre pays nous en partageons les souffrances et le deuil.

Parce que nous sommes issus d’une Maçonnerie qui vit le jour avec le siècle des Lumières, nous rejetons l’obscurantisme, les idéologies et actes fétides qui l’accompagnent, ainsi que toute atteinte à la dignité humaine.

Parce que nous sommes croyants, nous refusons toute perversion de la pensée religieuse et son détournement à des fins que nous condamnons.

Parce que nous sommes chrétiens, nous pensons que la grandeur de l’homme est dans le juste usage de son libre-arbitre et que nul être n’a sur lui le droit d’atteinte à l’image divine qu’il porte en lui.

Enfin parce que nous vivons dans ce monde nous rejetons aussi ceux qui veulent s’en faire les princes et qui ne sont que les ignobles marionnettes de celui qui y sème la confusion et le chaos.

Les Cahiers verts, numéro 9

Les Cahiers verts sont la revue annuelle d’études symboliques et historiques du Grand Prieuré des Gaules et de sa Grande Loge Réunie et Rectifiée. Ce numéro 9 de la nouvelle série (la première série a démarré en 1970, la deuxième en 2005) regroupe plusieurs planches et études :

La vie de l’Ordre

  • Questions fréquemment posées
  • Miscellanea christianae latomiae
  • Bienfaisance
  • Justification de la science de l’homme chez Willermoz
  • Transmission
  • Willermoz avait-il lu Evagre le Pontique ?
  • Du travail dans l’Ordre intérieur

Études

  • La correspondance secrète et ésotérique du baron de Corberon
  • Le corps et le cœur du maçon rectifié
  • Le Régime Écossais Rectifié est-il dogmatique ?
  • Willermoziana :
    • Éphémérides du Convent de Wilhelmsbad Établies à partir des
    • « Minutes des Protocoles François tenus à l’Assemblée du Convent Général de Wilhelmsbad en 1782 »
  • Recension : Handbook of Freemasonry

Cette livraison des Cahiers verts est disponible depuis octobre 2014. Elle a été expédiée à tous les membres de l’ordre en novembre et décembre 2014. Les personnes, maçons ou non, intéressées par l’acquisition de ce numéro peuvent écrire à : gpdg@gpdg.org

Les Cahiers verts, numéro 8

Les Cahiers verts sont la revue annuelle d’études symboliques et historiques du Grand Prieuré des Gaules et de sa Grande Loge Réunie et Rectifiée. Ce numéro 8 de la nouvelle série (la première série a démarré en 1970, la deuxième en 2005) regroupe plusieurs planches et études :

  • Discours du Sérénissime le Grand Maître du Grand Prieuré des Gaules (Saint-Michel 2013) Bruno in Ordine eq. ab Ardenti Corde
  • Ordre chevaleresque et initiation chrétienne par Dominicus in Ordine Eq. a Rosis Vitae
  • Ordre et obédience par le Grand Orateur de la Grande Loge Réunie et Rectifiée
  • Le temps du Compagnon par un maître écossais de la IIIe Province
  • La veilleuse rouge dans le Rite français par un Maître de la IIIe Province
  • Ecce oriens par un maître écossais de la IIIe Province
  • La chevalerie rectifiée au XXIe siècle par Laurent J.
  • Le comité écossais des loges rectifiées de Saint-Jean par Ramon M.B.
  • De Tubalcaïn à Phaleg. À la découverte de J.-B. Willermoz. La fin du rectifié en Alsace par Vincent C.
  • Une divulgation maçonnique inconnue par Michel C.
  • Recension :
    • « La Franc-maçonnerie à la lumière du Verbe » par GPG
  • Willermoziana :
    • Précisions sur la famille de Jean-Baptiste Willermoz par Alain V.
    • Heurs et malheurs de J.-Baptiste Willermoz, une lettre inconnue de Henri de Virieu par Jean-François V.

A noter que la qualité de membre de l’Ordre n’est pas exigée des collaborateurs de cette revue.

Cette livraison des Cahiers verts est disponible depuis octobre 2013. Elle a été expédiée à tous les membres de l’ordre en novembre et décembre 2013. Les personnes, maçons ou non, intéressées par l’acquisition de ce numéro peuvent écrire à : publications@gpdg.org

Présence du Rite écossais d’Ecosse à Limoges

REE

Le 16 novembre 2013 naîtra, à Limoges, le triangle « Auld Alliance 1295 » qui travaillera selon la tradition du Rite Ecossais d’Ecosse.


Le Rite Ecossais d’Ecosse est le rite maçonnique pratiqué en Ecosse depuis que les loges maçonniques écossaises existent. Etant entendu que celles-ci sont certainement les plus anciennes, apparues avant même la formation de la première Grande Loge de Londres en 1717. On y retrouve en effet la marque des tailleurs de pierre d’Ecosse organisés en loges, à la fin du XVIème siècle, par William Schaw, considéré par les Ecossais comme le « père de la franc-maçonnerie moderne ».


« Auld Alliance 1295 » fait référence à une alliance entre la France, la Norvège et l’Ecosse. Elle remonte à 1165 et son traité fut signé en 1295. Renouvelé en 1326 par Robert Bruce. Elle fut appliquée par le Général de Gaule en 1942 la qualifiant de « plus vieille alliance au monde ». Cette alliance ne fut jamais révoquée.


Vous pouvez prendre contact avec ce triangle à cette adresse : auld.alliance.1295 [at] gmail.com

Le GPDG répond aux questions du Blog « Sous la voûte étoilée »

Le Grand Maître du Grand Prieuré des Gaules a répondu aux questions du blogeur Gérard Contremmoulin, membre du Grand Orient de France et rédacteur du blog « Sous la voûte étoilée« .


L’entretien est disponible ici.

Back to Top