G.P.D.G

Grande Loge  Réunie et

Rectifiée de France

QUESTIONS &  REPONSES

 

Éditorial du mois

 

"Au milieu du concert des grandes obédiences maçonniques, et de leur partition socio-humaniste et politico-philosophique, s’élève la petite voix d’une Maçonnerie spirituelle de tradition qui voit dans l’homme autre chose qu’un citoyen consommateur dont il faut assurer le confort matériel et psychique et défendre les droits individuels de l’emprise de toute idée de devoir qui contreviendrait à sa liberté.

Cette Maçonnerie d’un autre genre, considérée comme marginale, fait pourtant paradoxalement remonter sa pensée et ses idéaux aux origines mêmes de l’institution Maçonnique qu’elle refuse de dévoyer. Ainsi œuvre-t-elle pour la dignité de la famille humaine reconnaissant dans l’homme une dimension supérieure à celle généralement considérée par la multitude des commentateurs.

Aussi cette Maçonnerie s’adresse-t-elle à l’esprit, cette dimension de l’être qui le relie à Dieu, et considère-t-elle que le premier besoin de l’homme est de renouer le lien avec son Créateur et que l’évolution du monde dans lequel il vit doit être analysée avec un autre regard.

Ce regard est celui de l’initié qui, sachant d’où il vient et quelle est sa destinée, porte un œil différent sur les évènements ponctuant la grande histoire de l’humanité. Il place celle-ci dans un contexte méta-historique supérieur qui, au-delà de l’évolution des sociétés et des mœurs, ainsi que des soubresauts de l’actualité, n’est que la manifestation du dessin pour l’homme et la création de l’Être supérieur qui lui a donné la vie.

Cette Maçonnerie traditionnelle considère que de nos jours, ce qui doit être prioritairement nourri dans l’homme, est son esprit et que son premier acte de bienfaisance est de venir combler cette vacuité désireuse qui s’empare des âmes des hommes qui ont sombré dans le matérialisme le plus profond et auxquels la société moderne n’offre plus d’autre idéal que celui de la consommation.

Elle propose ainsi une réflexion méditée sur la vraie nature de l’être humain et sur les véritables besoins de l’humanité. Elle offre un cadre de pensée différent, un modèle d’analyse de la vie particulier et pourtant traditionnel, basé sur les emblèmes et symboles maçonniques et s’appuyant sur un travail personnel sur soi. Puis plus tard un idéal chevaleresque qui loin d’être désuet frappe par son actualité et sa nécessité dans un monde où les forces opposées s’affrontent avec une rare violence et où la manifestation du Royaume des Cieux sur la terre est de plus en plus éphémère et impalpable.

L’homme initié dans cette voie nourrit son esprit et son âme de tout ce qu’il voit et trouve autour de lui et ne laisse aucune prise aux déviances et extrémismes dont il ne peut plus être la cible. Dans notre monde où le danger consiste dans la perversion des intellects et l’infection radicale de la pensée, cette œuvre est salutaire et permet de conserver l’homme dans sa dignité naturelle et de préserver sa liberté qui est celle de penser, vouloir et agir suivant un libre arbitre non dévoyé et fidèle à sa nature.

Cette initiation, qui est la véritable Maçonnerie, est aussi celle que le Grand Prieuré des Gaules a toujours pratiquée et proposée à tous les hommes désireux de ne plus se contenter de se considérer comme des individus noyés dans une société perdant son âme au profit de son plaisir et de la jouissance des biens matériels. "