POUR EN FINIR AVEC LA LAÏCITÉ DÉPRAVÉE

« Le monde moderne est envahi de vieilles vertus chrétiennes devenues folles. »

Chesterton, Orthodoxie, chapitre III

 

La laïcité authentique est une vertu évangélique.

Elle a comme source, et nulle autre, ce précepte divin : « Rendez à César ce qui est à César et à Dieu de qui est à Dieu » (Marc 12/17). Précepte révolutionnaire car, posant en principe la division radicale entre l’ordre du profane et l’ordre du sacré, l’ordre du temporel et l’ordre du spirituel, il s’inscrit en faux contre les conceptions et les mœurs de toutes les sociétés traditionnelles où César (l’Etat, la cité, le monarque, le peuple, bref le souverain) est coopérateur et co-acteur de Dieu. Ce précepte interdit en théorie la confusion du sacré ou du profane, du sacerdoce et de l’empire, confusion qui se traduit le plus souvent par la mainmise de l’un sur l’autre. Mainmise de l’Empire sur le sacerdoce, et on a le césaropapisme. Ou mainmise du sacerdoce sur l’Empire, et l’on a le papocésarisme. L’un et l’autre sont des transgressions du précepte divin.

[Le texte au complet]…

 

 

Back to Top