Rite Écossais d’Écosse : les deux Saint-Jean



Cette dénomination ne surprendra que ceux qui n’ont aucune connaissance du « Rite de York » et de ses variantes américaines (Nova Scotia, etc.), tous rites qui se réclament, spirituellement plus qu’organiquement (encore que…) de la Maçonnerie des Anciens. L’expression the Holy Saints John – traduite tant bien que mal en français par « les bienheureux Saints-Jean » – y est en effet rituelle. Mais elle ne devrait pas davantage surprendre ceux, et ils sont nombreux, qui ont pratiqué le « Rite Emulation ». En effet, même si l’expression n’y est pas employée expressis verbis, elle figure dans l’instruction (Lecture) d’Apprenti, sixième partie, à propos des deux grandes lignes parallèles et tangentes au cercle dans les limites duquel les frères ne peuvent s’égarer, lignes parallèles qui, dans la version moderne et déchristianisée, sont Moïse et le roi Salomon, mais dans la version ancienne, donnée à titre d’information, sont saint Jean-Baptiste et saint Jean l’Evangéliste.

Autre particularité propre à cette lignée « ancienne » : d’abord l’autel central, sur lequel repose la Sainte Bible, autel attesté dans de nombreuses Loges anglaises au XVIIIe siècle et abandonné depuis, mais conservé en Écosse, Irlande et Amérique, parce qu’ « en conformité avec une loge ou chapelle maçonnique de Saint-Jean » ; et ensuite le signe tout-à-fait particulier à propos duquel peut être faite exactement la même observation, qui porte le beau nom de Due Guard, lequel n’est autre que la francisation de « Dieu garde », et dont la signification symbolique ne peut être donnée qu’en Loge.

Un rituel vieux de 250 ans!

Dernière remarque pour finir. Les Loges écossaises ont la plus grande latitude pour suivre le rituel de leur choix, et le rituel dit « standard », seul connu en France jusqu’à ce jour, n’est pas, et de loin, le plus répandu. Nous avons, quant à nous, choisi de suivre celui de la Loge Saint-Andrew, d’Aberdeen, qui porte le numéro 25 sur la matricule de la Grande Loge d’Ecosse et a fêté récemment son 250e anniversaire.

La première Loge travaillant en France au Rite Ecossais, la Loge Iona, a été solennellement consacrée le 13 mai 2006. Iona ! Quel beau programme serti dans ce nom ! Iona, cœur vital de l’Écosse, puisque, selon la tradition, la fameuse Stone of Scone, la Pierre de Scone, dite aussi « Chevet de Jacob », ou encore « Pierre du couronnement », puisque tous les rois (et reines) d’Ecosse devaient, pour que leur couronnement fût légitime, se placer dessus, bref ce Palladium de l’Écosse, demeura à Iona du sixième au treizième siècles, époque où les Anglais s’en emparèrent (ils ne l’ont rendue que tout récemment à l’Ecosse). Iona, surtout, cœur religieux de l’Ecosse et de tout l’Occident, puisque c’est là que saint Columkill ou Columba fonda sa première et prestigieuse abbaye, qui rayonna, des siècles durant, sur les îles Britanniques et sur le continent.

Puisse Iona, la Loge, être digne de son nom et rayonner aussi intensément le christianisme maçonnique pendant au moins 250 ans!

Back to Top