La plénitude de l’initiation dans la plénitude de la foi

Nous sommes une obédience maçonnique chrétienne et chevaleresque en communion avec toutes les institutions maçonniques qui cherchent la lumière. L’authenticité des rites pratiqués au GPDG permet à chaque homme en quête de Dieu, sans pouvoir le nommer, d’aller à sa rencontre selon son propre rythme.
Nous accueillons tous les hommes animés de ce désir et tenons la promesse de remplir nos serments et obligations prêtés sur les saintes écritures, ouvertes au prologue de Saint-Jean.

Aussi n’étonnerais-je personne en commençant mon premier éditorial par cet évangile.

« Je vous fais un commandement nouveau, qui est que vous vous aimiez les uns les autres, et que vous vous entr’aimiez comme je vous ai aimés. C’est en cela que tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez l’amour les uns pour les autres » (Jean 13/34).

L’accomplissement intérieur de la charité co-opère à l’œuvre divine en augmentant l’extension du Royaume Céleste, transformant l’espérance de foi de chaque homme en vraie foi de chaque frère. Sur ce chemin, nous trouverons les hommes qui nous cherchent et notre sentier sera éclairé de ces faibles lumières qui sont notre force partagée. À dessein, nous enfanterons des ailes naissantes à nos omoplates silencieuses pour se faire gonfaloniers de soleils issants ; il nous faut être des hommes nouveaux pour cette ambitieuse metanoia. Oui il faut « naître de nouveau ».

La franc-maçonnerie, science de l’homme, fait de l’Ordre l’outil parfait de cette transformation, en lui permettant de vivre la plénitude d’un processus initiatique dans la plénitude de la foi.

L’Ordre en conformant ses actions à un Ordre bien plus grand que lui, travaille à la juste glorification d’un grand architecte créateur mais aussi rédempteur et réparateur. Citadelle imprenable, il œuvre à annuler la distance qui se trouve entre la lumière et l’homme, rempart impénétrable au vice, il empêche le retour du chaos, la chute vers la dissemblance et la marche vers le néant.

Miséricordieux, il introduit dans l’intelligence des mystères où soufflent les vents impétueux de l’esprit qui accomplissent le verbe.

La maçonnerie en quête du vivant est un lieu d’accueil de la révélation divine.

Il n’y a dans ce domaine ni limites ni exclusivités à l’église, et je vous rassure les prêtres aussi, sont rois et prophètes, pas seulement les hommes ! La lumière de Damas nous rappelle la soudaineté et la fulgurance de l’intervention divine en même temps que notre ignorance de l’heure et de l’instant.

La maçonnerie rapproche l’homme de Dieu et le place au cœur du Seigneur. Nous sommes Willermoziens et liés à l’origine, la nature et la perspective de l’homme, nous sommes donc naturellement attachés à la personne du Christ.

Bruno Abardenti

Back to Top